( 5 septembre, 2012 )

Nature morte sur La lagune

Venise, février 1748, le carnaval a commencé. Les rues de la Sérénissime sont désertes dans cette nuit froide et brumeuse. Seule une ombre parcourt la place Saint Marc, pressée de rentrer chez elle. Elle s’écroulera  poignardée.

 

Le chef de la cellule noire, Giovanni Gallardini, sur ordre du Conseil des dix, instance qui gère les affaires secrètes de Venise, doit assurer l’ordre pendant le carnaval. Il est amené à s’occuper  de ce cadavre contre son gré.

Lors de son inspection, il aperçoit des tâches sur le sol, près du corps.

 

La victime, après enquête, est un apprenti chez Tiepolo, le peintre. Gallardini pense à un règlement de compte sans suite et se désintéresse de l’affaire, qu’il pense confier à son adjoint Sansino.

Un deuxième cadavre est retrouvé, tué en pleine nuit. Il est également apprenti chez Tiepolo. Les tâches au sol sont encore présentes.

 

Tiepolo est un personnage important à Venise, et Puccero, le président du Conseil des Dix exige que Gallardini prenne l’enquête à sa charge.

 

Un troisième corps, complique encore la situation. Les traces suspectes sont toujours présentes.

 

Alors que Venise s’amuse dans les palais et les rues, Gallardini demande l’aide de

Tiepolo qui perd ses apprentis un à un. Celui ci ne veut rien faire. Sa succession semble déjà assurée.

Deux corps sont retrouvés. Encore un apprenti et sa compagne, qui n’ont pas voulu aider Gallardini et ont cherchés à  fuir Venise.

Pas de tâches au sol. Mais une, infime, sur le visage de la femme.

 

Gallardini croit savoir.

Il retrouve des traces dans une barque.

Son adjoint identifie les tâches. Mais il n’a pas compris.

Les deux enquêteurs tendent un piège. Le tueur est neutralisé à la stupéfaction de tous.

Qui est-il ?

D’où vient-il ?

Quelles sont ses motivations ?

Par qui est-il mandaté ?

Pas de commentaires à “ Nature morte sur La lagune ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|