( 7 septembre, 2012 )

L’alliance de Baalberith

Gallardini déambule dans les rues après une entrevue galante. Brusquement un homme se jette dans ses bras et lui demande de le sauver de ses poursuivants.

Gallardini le repousse. Cet homme semble avoir perdu la raison.

Gallardini poursuit son chemin qui le ramène chez lui en songeant à la jeune femme dont il semble épris, quand il s’avise d’une alliance dans sa poche. Un cadeau de sa bien aimée.

Il la passe à son doigt.

L’alliance, trop grande s’illumine et se resserre automatiquement autour de son doigt.

Gallardini est troublé devant ce bijou.

Il décide d’aller voir son vieil ami, Gédémus Rijsenstein, qui saura bien de quoi il retourne.

 

Lorsque celui-ci  voit la bague, il semble sous le coup d’une grande stupeur.

Le bijou est maléfique ! Et il a la capacité d’absorber l’âme de son porteur.

Il ne reste que peu de temps à Gallardini, avant de devenir une ombre éternelle des ténèbres.

Un seul homme semble posséder la clé qui pourrait sauver Gallardini.

Mais Gédémus n’est pas sûr.

Il n’a pas vu cet homme depuis qu’il s’est retiré dans un monastère, faisant suite à une découverte qui l’a effrayé il y a plus de vingt ans.

Cet homme, c’est le frère de Gédémus.

 

Avec Sansino, Gallardini et Gédémus vont partir à la recherche de Mevildius Rijsenstein. Le monastère est situé sur les terres pontificales.

 

Mais les chemins vers la vérité sont semés d’embûches.

Et Gallardini commence à ressentir le mal qui le ronge.

Les forces de la nuit rôdent autour de lui.

Bientôt il ne pourra plus échapper à son sort.

 

Le temps presse.

En reste t-il assez ?

Rien n’est moins sûr…

 

Pas de commentaires à “ L’alliance de Baalberith ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|