( 7 septembre, 2012 )

La caste des assassins

Un homme, dans un salon richement décoré, reçoit une lettre écrite à l’encre sympathique. Sitôt la missive déchiffrée, il se rend dans un endroit curieux pour quelqu’un de sa condition sociale. Il donne une consigne à un homme défiguré par une cicatrice lui zébrant le visage.

 

Un mois après, Marieschi, le chirurgien du palais, dissèque un cadavre. Vingt deux membres du collegio, suprême instance dirigeante de Venise, sont morts. N’en subsiste que quatre, le Doge, Puccero le président du Conseil des Dix, le grand chancelier et un conseiller du Doge.

 

Puccero craint pour sa vie et l’indépendance de la Sérénissime, car ses services ont déchiffré le message écrit à l’encre sympathique, qui provient d’un mystérieux A.E.I.O.U.

 

Gallardini est lancé sur cette enquête avec toute la discrétion requise, mais un groupe d’individus croise sa route. Un geste malheureux déclenchera un combat à l’issue mortelle pour l’un des protagonistes.

Poursuivi par la police, Gallardini s’enfuira en compagnie d’un balafré, qui semble être le chef d’une organisation de malfaiteurs qu’il nomme : la caste des assassins.

 

Cette organisation semble avoir des agissements secrets, liés aux meurtres des membres du collegio.

 

Pour le compte de qui agissent-ils ?

Gallardini va découvrir un vaste complot visant la destruction de la république vénitienne.

Mais qui se cache derrière ces 5 lettres mystérieuses ?

Et qu’elle est cette société étrange, mêlant des vivants et des esprits ectoplasmiques ?

Pourra t-elle aider Gallardini ?

 

Gallardini sera amener à livrer une bataille contre le passé, où les révélations de la mort de son prédécesseur seront livrées.

Il utilisera une invention de son ami Gédémus, afin de poursuivre le tueur principal.

 

Mais l’indépendance de la Sérénissime peut-elle encore durer par delà les siècles ?

Pas de commentaires à “ La caste des assassins ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|