( 7 septembre, 2012 )

la sainte Vehme

Venise. La pluie tombe averse. Un homme quitte le palais des doges. Il vient d’être reconnu innocent des accusations portées contre lui, par une session secrète du tribunal de la quarantia. Il reprend le chemin de chez lui, satisfait, quand des hommes masqués l’abordent.

Il n’a pas le temps de réagir, une lame lui dessine un arc de cercle au niveau de la gorge.

 

Gallardini, sur les lieux du crime, pense que ce meurtre ne sera pas le dernier.

 

Effectivement deux meurtres suivront. Tous deux très sanglants, et semblant suivre un rituel particulier. Deux autres morts, viendront encore ensanglanter les rues de la Sérénissime.

 

Gallardini mène une enquête difficile, mais il semble grâce à Sansino avoir trouvé une piste.

 

Quand il l’expose à Puccero, celui-ci ne veut pas intervenir. Trop risqué. Gallardini devra agir seul avant de convaincre peut-être le président du Conseil des Dix.

 

Quand Gallardini, reçoit des confidences d’un informateur, le doute n’est plus permis. Mais cet informateur trouvera la mort peu de temps après.

Cependant les meurtriers de l’informateur subiront à leur tour, la loi de la mort implacable qui frappe à Venise.

 

Que se passe t-il dans la cité des Doges ?

Les morts, nombreux, sont-ils sans explication, ou suivent-ils une logique, que Gallardini commence à cerner ?

 

Il faudra faire preuve de prudence, de ruse et de persuasion afin de retrouver la trace de celui qui frappe en plein Venise.

Pas de commentaires à “ la sainte Vehme ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|